Follow:
Road Trip dand le TOP END, NT

Ananguku ngura nyangatja ka pukulpa pitjama

Vous êtes ici en terre Aborigène et nous vous souhaitons la bienvenue

Nous sommes déjà de retour de notre petite escapade dans le Top End et comment vous parler de cette région sans commencer par évoquer ses premiers habitants, arrivés il y a environ 50 000 ans, un peu de leur culture et les magnifiques peintures rupestres qu’ils y ont laissé.

C’est dans le Parc National de Kakadu que l’on peut observer certaines des plus belles peintures aborigènes (accessibles), notamment sur les sites d’Ubirr, Nourlangie et de Nanguluwur. Les parois des rochers ont servi depuis plus de 20 000 ans jusqu’à nos jours de tableau noir et il n’est donc pas rare de voir s’y superposer plusieurs peintures. Le meilleur moment pour les observer est en fin d’après midi, avant le coucher du soleil, lorsqu’une une douce lumière dorée caresse et ravive les couleurs du passé.

 Nous n’aurons malheureusement pas la chance d’être accompagnés dans cette découverte par un guide Aborigène. La communauté de la région d’Ubirr est en deuil à cause d’un décès intervenu dans les semaines précédentes et toutes les visites guidées sont annulées. Et même si ces peintures sont de toute beauté, nous sommes conscients qu’il nous est difficile de percevoir le côté sacré de ses représentations avec pour seules informations les quelques lignes inscrites sur les panneaux.

Heureusement, à Nourlangie nous avons pu visiter avec un Ranger qui a été initié par une communauté Aborigène et qui nous a dépeint avec beaucoup d’humilité et de respect quelques uns des us et coutumes de ces derniers.

Il nous apprendra, entre autres, que des systèmes  »familiaux » (très très complexes) sont à l’oeuvre pour éviter les mariages consanguins. Avec cette organisation, un aborigène est toujours redevable envers d’autres alors que d’autres doivent prendre soin de lui. Je ne vais pas rentrer dans les détails mais ils ont plusieurs mères/pères (si tant est qu’on puisse les appeler ainsi) qui ne sont pas forcement leurs aînés et à qui ils seront redevables toute leur vie et sont eux-mêmes parents de ceux qui doivent prendre soin d’eux. Et ce n’est là que la base d’un système tridimensionnel où entre aussi en compte leur animal totem ainsi que la mythologie du temps du rêve(Dreaming). Autant vous dire qu’il y a vite de quoi être complètement perdu pour les non-initiés que nous sommes.

Ce ranger passionnant nous apprendra aussi que des fouilles ont été effectuées sur ce site et que bien sûr, les archéologues ont fait des suppositions sur les potentielles utilisations de chaque objet retrouvé… Mais plus que des suppositions, ils ont des certitudes car ce qui est vraiment impressionnant, c’est que les Aborigènes, avec leur culture orale ont su se transmettre pendant des dizaines de milliers d’années leur Histoire et savent encore aujourd’hui à quoi servait tel ou tel objet vieux de 20 000 ans, où trouver le matériel pour le fabriquer et ils ont une connaissance encyclopédique de la faune et de la flore qui les entourent… Cela force l’admiration et c’est bien triste que tout ce savoir ancestral passé de bouche à oreilles depuis des générations se perde à cause, n’ayons pas peur des mots, de longues années d’oppressions.

Juste à côté de Kakadu se trouve la Terre d’Arnhem, territoire Aborigène de presque 100 000 km2, où environ 17 000 âmes continuent d’entretenir des traditions millénaires. Il faut un permis pour entrer sur ces terres (comme sur toutes les terres aborigènes) et le conflit entre les sociétés est loin d’être résolu car plusieurs gisements d’uranium ont été localisés en Terre d’Arnhem. Les aborigènes sont donc toujours en lutte permanente pour faire valoir leurs droits et conserver l’intégrité de leurs terres. Nous n’avons pas pris le temps d’y aller, mais c’est un endroit préservé et unique qui je pense mérite qu’on s’y attarde longuement.

Pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus et comprendre un peu mieux les soucis que peuvent rencontrer les Aborigènes confrontés à notre société occidentale, je vous conseille vivement un très beau film primé au festival de Cannes 2014 : Charlie’s Country qui sortira dans vos salles obscures le 17 décembre. En attendant voici la bande annonce.

J’aimerais juste finir sur une citation Aborigène, peuple qui soutient, contrairement à notre mode de pensée capitaliste, que la terre n’est pas un bien, qu’elle n’a aucune valeur marchande mais une valeur spirituelle indivisible :

 » We don’t own the land, the land owns us  »

La terre ne nous appartient pas, nous appartenons à la terre

Share on
Leave a comment

Par ici pour plus d'aventures !

Pas de petit mot

Envie de me laisser un petit mot ?

Translate »
Close