Follow:
NSW, Sydney

Ça fait VLAM! ça fait SPLATCH! et ça fait CHTUCK!

Bon soyons honnêtes, essayer de prendre des baleines en photo c’est, comment dire, pas évident du tout … Déjà le bateau bouge (hein Mathieu !), la petite bête ne prévient pas quand elle remonte à la surface et l’instant d’appuyer sur le bouton : hop, c’est le splatsh qui est dans la boîte ! Un beau splatsh soit dit en passant puisque la petite bête pèse, au bas mot, 40 tonnes pour une vingtaine de mètres à l’âge adulte pour les mâles, 20 tonnes pour une quinzaine de mètres pour mesdames.

Pas facile, non plus d’obtenir un joli résultat sans téléobjectif.. Entre les kangourous, les oiseaux et les baleines, l’investissement nous tenterait bien, mais bon chaque chose en son temps. Et puis impossible de filmer pendant une heure ou de prendre des rafales à n’en plus finir comme ma voisine, car moi même et ma petite tête avions oublié la carte mémoire de l’appareil photo à la maison… Heureusement, on a une petite carte de secours de 8Go mais pas vidée bien sûr, enfin bon Ahhhhhhhhhh FRUSTRATION quoi !! Et puis après, on se sert de ses yeux et on oublie !

Lire la suite

Les baleines à bosse passent le long des côtes australiennes car elles en ont marre de l’hiver et des eaux froides de l’Antarctique. Elles vont donc rejoindre les eaux calmes et chaudes des tropiques, notamment pour mettre bas (Moi j’en connais une que la migration vers des latitudes plus clémentes tenterait bien en ce moment ; la mise bas d’un baleineau de 700kg un peu moins !). Les mâles sont de grands séducteurs et leurs sauts (que l’on peut avoir la chance d’apercevoir par moment) sont à tomber pour les femelles. Il faut dire qu’il en faut de la force à ces messieurs pour extirper leurs 40 tonnes de l’eau ! Les baleines à bosse sont aussi connues pour leurs vocalismes. Ce sont des bavardes avec un répertoire et des comportements complexes dont on ne connait que peu de choses. Et bien qu’empreints de mystère, leurs  »chants » sont très plaisants à écouter !

Cette petite croisière à l’embouchure de la baie de Sydney aura été un vrai plaisir pour les yeux, qu’il faudra, si vous le souhaitez, venir apprécier par vous même ! Pour la petite histoire, le 20 juin, Migaloo (Ami blanc en langue aborigène), une baleine à bosse albinos de 30 ans est passé(e) au large de Sydney. Ce serait le seul individu blanc de l’hémisphère sud et c’est un peu l’effervescence ici car tout le monde voudrait l’apercevoir. Pour éviter de trop le stresser, une ordonnance d’éloignement à l’encontre de l’espèce humaine a été prononcée. Un photographe Australien (Ray Alley) l’a pris en en photo hors de l’eau à Nelson Bay vendredi, ça faisait 14 ans qu’il attendait cela, il a dit qu’il pouvait enfin mourir heureux ! Migaloo continue à longer les côtes du pays et a été aperçu dans le Queensland il y a quelques heures [ça c’était quand j’ai écrit l’article !].

Si l’envie vous prend d’en savoir plus sur ces fascinants géants de l’océan: c’est par ici ou bien par là !

Share on
Leave a comment

Par ici pour plus d'aventures !

4 petits mots

  • Répondre Marie

    J’adore ton humour et la découverte de vos articles , toujours aussi enrichissants! Je confirme le « hey sweet » d’une sensualité infinie…Merci Migaloo… Sublime!

    27 juin 2014 at 5 h 16 min
    • Répondre Sabine

      😀 Merci Marie 😀

      27 juin 2014 at 5 h 19 min
  • Répondre Michele

    rhooooo Sabine quel plaisir de lire ton article enrichi d’humour !!
    mon gout pour la mer et ses habitants a ete emoustillé par ces belles photos !
    gros bisous a tous les deux

    27 juin 2014 at 5 h 17 min
    • Répondre Sabine

      Merci 🙂 ! C’est vrai que l’Océan est fascinant, dommage qu’on en soit si loin maintenant.
      biz

      27 juin 2014 at 5 h 20 min

    Envie de me laisser un petit mot ?

    Translate »
    Close