Follow:
Nouvelle Zélande, Voyages

Histoire et traditions Maoris

 

Histoire

Les Maoris sont arrivés en Nouvelle Zélande il y a environ 1000 ans, ce qui est assez récent comparé aux Aborigènes qui seraient en Australie depuis environ 50 000 ans. Ils sont venu à bord de pirogues depuis la Polynésie, les chercheurs pensent que ce peuple de navigateurs aguerris n’est pas arrivé par hasard mais a bien colonisé ces terres qu’ils ont surnommé : Aotearoa « le pays du long nuage blanc ». On confirme pour le nuage blanc : par ici !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La culture, la langue et les mythes Maoris sont très proches de ceux de la Polynésie. Ils sont organisés en tribu (iwi), en sous-tribu (happu) et en famille (whanau). A l’arrivée des colons, la société Maori était assez violente, les différentes tribus étaient en guerre et les victimes des ces conflits étaient soumises à l’esclavage et au cannibalisme. A noter que les Maoris seraient aussi à l’origine de la disparition du Moa, un oiseau géant (3,5m pour 250kilos) dépourvu d’ailes qui peuplait la Nouvelle Zélande et qui a été chassé pour sa viande et ses oeufs.

C’est en 1642 que le navigateur Hollandais Abel Tasman découvre ce que l’on appellera bientôt la Nouvelle-Zélande. Il donnera son nom à un célèbre parc national sur l’ile du Sud mais aussi à la mer de Tasman et à la Tasmanie en Australie ! Mais c’est seulement 100 ans plus tard que James Cook débarque en NZ en tant que représentant de la couronne d’Angleterre. A cette époque les Anglais et les Français se disputent des terres partout en Océanie.

Les anglais profitent des conflits entre les tribus, en arment certaines, font des alliances et s’installent durablement en NZ. En 1840, un accord de souveraineté est ratifié en échange du respect de leurs terres entre la couronne britannique et 540 chefs Maoris : c’est le traité de Waitangi.

Signature du Traité de Waitangi par un chef maori. Source : nzhistory

Bien sûr, les Britanniques ne respecterons pas le traité et spolierons les terres et les richesses détenues par les Maoris. 50 ans après leur arrivée on estime que la moitié de la population Maori avait disparu. Bien que remise en cause par certains, la signature de ce traité est commémorée chaque année comme l’acte fondateur de la NZ.

Culture

A ce jour, seulement 10% à 15% de la population Néo-Zélandaise est d’origine Maori mais la culture Maori fait partie intégrante de la culture Néo-Zélandaise, cette société est un véritable exemple de « savoir vivre ensemble ». Le Maori comme l’Anglais, sont toutes deux langues officielles. Le maori est enseigné à l’école, l’hymne national est bilingue et le double langage « maori – anglais » est utilisé dans les lieux publics.

Petit lexique des mots à connaître 🙂 Kia ora : bonjour, Hare mai : bienvenue, E noho ra  : au revoir (à celui qui reste),  Haere ra  : au revoir (à celui qui part),  Ka pai : merci.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


Le Hongi

Ah oui, pour se dire bonjour ici, point de bise ou de hand check, on pratique le hongi, salut traditionnel Maori. Pour se saluer, il faut presser son nez et son front contre ceux de son interlocuteur. Pendant le hongi, la culture Maori veut que le ha (souffle de vie) est échangé et mélangé. Après ce salut, la personne n’est plus considérée comme un visiteur mais comme un invité et doit partager les devoirs du peuple qui l’accueille.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Haka

Tout le monde connait le Haka, cette danse virile reprise par les fameux All Black qui rassemblent toute une nation derrière le rugby. Mais derrière le mot Haka se cache tout simplement le mot danse. Il existe plusieurs sortent de Haka, de joie, de guerre, de vengeances… qui se dansent avec ou sans armes. Mais ces danses permettaient le plus souvent de souhaiter la bienvenue, tout en montrant la puissance de la tribu lors de rencontres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Moko

ou « tatouage » chez les Maoris est très important et très symbolique, tous les tatouages ont une signification et sont réservés à des personnages importants.  Ils sont principalement réalisés sur le visage, recouvrent toute la tête chez les hommes et le menton chez les femmes (chin moko). Ils racontent l’histoire, le rang de la famille et de la tribu de celui qui le porte. A l’époque, le moko était réalisé par scarification à l’aide d’outils en os de baleine et d’encre issues de baies noires, il était très douloureux et pouvait s’infecter causant parfois la mort de son porteur. Sachez qu’en tant que Paheka (étranger) on ne peut pas faire ce tatouage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le Hangi

Ce n’est pas à proprement parler un plat mais un mode de cuisson, c’est un peu un BBQ Maori ! Si vous voulez tenter l’expérience il faudra vous munir d’une pioche, le but étant de creuser un trou, de mettre des braises chaudes au fond, ou de se servir de pierres chaudes naturellement réchauffées par l’activité volcanique de l’île, de mettre la nourriture à cuire dans de grand sacs, de recouvrir, d’attendre 4h ! Et voilà c’est prêt 🙂

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Share on
Leave a comment

Par ici pour plus d'aventures !

8 petits mots

  • Répondre Claire

    Bel article ! Merci pour les rappels 😉
    On oublie malheureusement un peu
    trop vite ce qu’on apprend lors de nos voyages !

    7 novembre 2016 at 18 h 56 min
    • Répondre Sabine

      C’est sûr ! Je suis la première à tout oublier alors ça fait plaisir de se replonger dans les notes, les souvenirs et wikipedia 😛

      8 novembre 2016 at 17 h 00 min
  • Répondre MissTexas

    Merci pour cet article très instructif !

    8 novembre 2016 at 3 h 22 min
    • Répondre Sabine

      Merci d’être passée par ici 😉

      8 novembre 2016 at 16 h 59 min
  • Répondre Ophélie G.

    Très chouette cet article, j’y ai appris beaucoup de choses ! xx

    8 novembre 2016 at 4 h 35 min
    • Répondre Sabine

      😀

      8 novembre 2016 at 17 h 00 min
  • Répondre Aurelie K

    Merci!

    8 novembre 2016 at 7 h 28 min
    • Répondre Sabine

      😀

      8 novembre 2016 at 17 h 00 min

    Envie de me laisser un petit mot ?

    Translate »
    Close